Le Centre d’Interprétation du Ferroviaire (abrégé CIF) est le projet structurel du Club de la Grande Vitesse Ferroviaire (CGVF). Nos actions ont toutes pour but de nourrir ou agrémenter la collection qui servira de boîte à outils pédagogiques. Mais au fond, c’est quoi, un Centre d’Interprétation ?

Interpréter : verbe transitif (latin interpretari, expliquer). Chercher à rendre un texte, un auteur intelligibles, les expliquer, les commenter : Interpréter une loi, un écrivain.

Larousse.fr

Si les termes « interpréter » et « interprétation » ont plusieurs sens, c’est bien celui-ci, importé de la culture anglo-saxonne puis canadienne, qui nous intéresse : celui qui permettra de mettre des sujets techniques à la portée du plus grand nombre, en les expliquant, les commentant, les illustrant…

Vue d’artiste à titre d’illustration

N’y voyez pas là non plus un musée. Là où un musée se veut être un lieu de conservation et d’exposition de matériels généralement anciens et inertes, le Centre d’Interprétation a pour mission de marier plusieurs lieux et types d’espaces : documentation, simulation, parcours pédagogiques, etc., de sorte à proposer une structure qui permette le « maintien » en fonctionnement des éléments qui y prennent place. Le Centre d’Interprétation du Ferroviaire est pensé comme un complément au réseau de musées de France et d’Europe.

Une approche plurielle

Parce que le système ferroviaire est une combinaison de plusieurs composantes aux fonctionnements intrinsèquement liés (bord : mobile ferroviaire, chaîne de traction et de transformation de l’énergie, systèmes de freinage, de contrôle et de commande…, sol : infrastructures de support et de roulement, signalisation, captage de l’énergie, supervision des circulations…), le CIF se doit de proposer plusieurs approches imbriquées afin d’être exhaustif et pertinent dans la vision qu’il offrira aux visiteurs. Ainsi, le Centre reposera sur plusieurs espaces, dont notamment :

  • Un espace scénographie : permettant la mise en valeur des matériels accessibles au public.
  • Un espace documentation : proposant des documents consultables sous différents médias.
  • Un espace de conférences : permettant d’y tenir des rencontres et autres exposés.
  • Un espace simulation : pour y avoir une approche immersive et localisée des ensembles constitutifs.
  • Un espace modélisme : pour avoir une représentation et une vue macroscopique d’un ensemble ferroviaire.
  • Un espace atelier : pour permettre la mise à disposition de pièces et d’outils à but pédagogique.
  • Un espace réserve et maintenance : pour stocker et entretenir le matériel préservé, notamment à disposition d’autres associations.
Coupe d’un bâtiment qui pourrait accueillir le CIF – vue d’artiste à titre d’illustration (Alain JEUNESSSE)
Perspective d’un bâtiment qui pourrait accueillir le CIF – vue d’artiste à titre d’illustration (Alain JEUNESSSE)

Cette description n’est pas parfaitement exhaustive, mais elle constitue les grandes lignes qui définissent le CIF.

Un impact sociétal

Le projet du CIF est fondé sur la volonté de préserver un patrimoine matériel et immatériel, dans la veine de ce que serait une Cité des Sciences et de l’Industrie, ou un Palais de la Découverte, appliqués au ferroviaire. Nous souhaitons par-dessus tout permettre le partage et la mise à disposition d’installations, qu’elles soient profitables au plus grand nombre. Par exemple, nous souhaitons que les installations de stockage et de maintenance puissent être mises à la disposition d’associations qui ne disposent pas de tels lieux d’hébergement sécurisés. En matière de maintenance, la création d’un Technicentre du Patrimoine semble corollaire à ce projet.

Dans cette optique, nous souhaitons également que ce Centre bénéficie au-delà de la stricte sphère ferroviaire. Conscients qu’un projet d’une telle ampleur ne serait pas sans impact sur les collectivités et secteurs voisins, nous devons les considérer, et les prendre en compte dans la définition du projet.

Ainsi, les lieux de réserve du matériel sont d’ores et déjà conçus autour de la création d’un parc photovoltaïque sur le toit des halles qui seront érigées. Le principe de cette centrale solaire est de permettre la fourniture aux quartiers situés à proximité, d’une électricité verte et à moindre coût pour la rendre accessible à chacun, participant également largement au financement des coûts fonctionnels du projet.

Halle photovoltaïque pour le stockage des matériels roulants, à disposition d’associations – vue d’artiste à titre d’illustration

Aussi, l’implantation du CIF est structurante dans notre démarche : nous souhaitons placer le CIF au coeur d’une offre cohérente de transports, pour une accessibilité optimale. Nous travaillons ainsi avec des partenaires institutionnels et industriels locaux, pour définir et démontrer la pertinence de cette approche, sur plusieurs zones géographiques. Celles-ci sont actuellement à l’étude, notamment en région Occitanie ou en région Centre-Val de Loire, et nous amènent à travailler sur les dessertes locales et fines du territoire. C’est dans ce cadre que nous nous impliquons également au travers de l’organisation de trains spéciaux, pour permettre la mise en avant et l’accessibilité des lieux et monuments du Patrimoine français aux mobilités douces.

Un rôle pédagogique, éducatif et professionnel

Le CIF trouve également une place au sein des cursus et partenariats éducatifs. Nous souhaitons proposer aux enfants, aux étudiants et aux entreprises, un lieu unique qui permette une approche concrète et physique de la technique ferroviaire et de ses grands principes, de son évolution et de son avenir. Nous nouons de forts liens avec le monde de l’enseignement, notamment des Universités et Ecoles supérieures d’ingénieurs, pour leur offrir la possibilité d’intégrer le CIF comme un véritable outil pédagogique/andragogique, au coeur de déroulés et trames pédagogiques concrets, appliqués et cohérents.

Parce que pour nous, le futur du monde ferroviaire passe par la transmission de valeurs et de savoir, de savoir-être et de savoir-faire, la zone Atelier permettra aux étudiants d’appréhender des systèmes et ensembles mécaniques, électriques, pneumatiques, de les démonter, d’étudier leurs fonctionnements et d’y appliquer les notions théoriques abordées en cours dans leurs établissements. Nous sommes intimement convaincus que l’avenir se construit en ayant connaissance et une bonne compréhension des systèmes actuels, de leurs origines, de leurs fonctionnements, évolutions et motivations.

Vue de dessus d’un bâtiment qui pourrait accueillir le CIF – vue d’artiste à titre d’illustration (Alain JEUNESSSE)

A ce titre, un amphithéâtre permettra de dispenser des conférences sur des sujets d’actualité et de rapprocher les apprenants de leurs pairs, en facilitant les échanges et la transmission des expériences intergénérationnels. Lieu également idéal pour des séminaires d’entreprise dans un lieu thématisé porteur d’histoire et d’avenir, il permet une immersion totale au coeur de l’innovation du monde ferroviaire.

En complément, un centre de documentation permettra la consultation de documents multimédias et d’archives en lien direct avec l’évolution des techniques observée dans les autres espaces du CIF.

Enfin, car il en faut pour les petits et les grands, les visiteurs auront la possibilité de suivre tout au long de leur visite, différents parcours instructifs adaptés aux multiples niveaux, des plus petits novices aux plus grands, plus expérimentés.

Une vision systémique

Le ferroviaire est un domaine vaste et très diversifié. Mais parce qu’il rassemble des centaines de métiers, d’hommes et de femmes au quotidien, l’aborder ne peut se cantonner à la seule vision « train ».

Nous voulons que le CIF permette d’aborder le ferroviaire dans son ensemble, comme dans ses moindres détails. Pour cela, nous utiliserons plusieurs axes de développement et plusieurs outils à disposition du public. De l’échelle la plus microscopique, en totale immersion dans un moteur de traction électrique grâce à la réalité virtuelle, à la plus macroscopique par l’emploi de modèles réduits reproduisant fidèlement le fonctionnement du système et des infrastructures ferroviaires, en passant bien entendu par la découverte de matériel roulant grandeur nature.

Il est primordial pour nous de retrouver au CIF le caractère « intégré » de ce système global, tout en permettant d’en explorer séparément les composantes : matériel roulant, signalisation, voie, interfaces pantographe/caténaire et roue/rail, génie civil, exploitation, maintenance…

En bref

En quelques mots, le Centre d’Interprétation du Ferroviaire, c’est un projet ambitieux pour imaginer et construire un lieu unique d’un nouveau genre, qui permettra à chacun d’accéder aux moyens dont il a besoin pour découvrir et comprendre les coulisses du monde ferroviaire. Ni un musée, ni un centre de formation, ni un parc thématique, il en prendra pourtant certaines caractéristiques, pour les combiner et les assembler à la manière d’un système intégré, à l’image du système ferroviaire.

Tourné vers l’avenir, en ayant connaissance du patrimoine et de ses enseignements, le CIF se met à la portée de tous en approchant petits et grands, curieux et professionnels. Empreint de partage et des valeurs qui fédèrent le monde associatif, il se met également à la disposition des entités locales, pour leur proposer l’accès à des installations dédiées pour la préservation du patrimoine ferroviaire roulant. Pensé pour avoir un rôle sociétal inclusif important, et pour relier les Hommes au-delà du strict milieu ferroviaire, le CIF sera à coup sûr un acteur majeur pour son secteur d’implantation, tant en matière de desserte par les acteurs des transports locaux, qu’au niveau environnemental.

Nous serions heureux de vous compter parmi nos membres, collaborateurs et partenaires. N’hésitez-pas à nous contacter !